SMAvie Infos > Marchés financiers > Actualités économiques et financières
Actualités économiques et financières

Marchés financiers

10 novembre 2020

Actualités économiques et financières

 

Confinements : acte 2

Alors que la deuxième vague prend de l’ampleur en Europe, les auto­ri­tés publiques sont à nou­veau contraintes de dur­cir les mesures de pro­tec­tion sani­taire. Elles vont jusqu’au recon­fi­ne­ment dans plu­sieurs pays, notam­ment en France. Le deuxième confi­ne­ment devrait se révé­ler dif­fé­rent du pre­mier en matière de consé­quences économiques.

En France, contrai­re­ment au pre­mier confi­ne­ment, cer­tains sec­teurs sont « épar­gnés » : c’est notam­ment le cas de la construc­tion (qui avait enre­gis­tré une perte d’activité d’environ 80 % en avril), des ser­vices publics et à la per­sonne ou encore de cer­taines pro­fes­sions libé­rales notam­ment de san­té (den­tiste…). Par ailleurs, le main­tien des enfants à l’école per­met la pour­suite d’activité de plu­sieurs ser­vices connexes (res­tau­ra­tion sco­laire…). En revanche, le com­merce de détail (hors ali­men­taire), la res­tau­ra­tion / hôtel­le­rie et les trans­ports, notam­ment aériens, vont res­ter les sec­teurs les plus affectés.

Au total, l’impact néga­tif sur la crois­sance devrait être net­te­ment plus faible qu’au 2ème tri­mestre. La perte d’activité attein­drait 15 % en novembre contre plus de 30 % en avril, d’après le gou­ver­ne­ment. Tou­te­fois, ce deuxième confi­ne­ment a lieu alors que la situa­tion macroé­co­no­mique (niveau d’activité, chô­mage, défi­cit public) est net­te­ment plus dégra­dée qu’avant le pre­mier, fai­sant peser le risque d’une reprise beau­coup plus fra­gile, avec une confiance des agents éco­no­miques dura­ble­ment dégradée.

 

Perspectives 2021 : trois scénarios

Les pers­pec­tives pour 2021 res­tent hau­te­ment incer­taines. Trois scé­na­rios peuvent être dessinés :

Scé­na­rio 1 : le scé­na­rio d’une reprise forte. L’arrivée d’un vac­cin per­met de réduire l’incertitude et pro­voque un choc posi­tif sur la confiance des agents. La mise en place des plans de relance est rapide. Le retour d’un cer­tain opti­misme ren­force leur efficacité.
Le 9 novembre, l’annonce d’un vac­cin effi­cace à 90 % pour pré­ve­nir le Covid‑19 par les labo­ra­toires Pfi­zer et Bion­tech a fait s’envoler les indices bour­siers. Tou­te­fois, il est encore trop tôt pour en déduire, sur la base de cette seule infor­ma­tion, que le scé­na­rio 1 pour­rait se réa­li­ser à court terme.

Scé­na­rio 2 : le scé­na­rio de la pour­suite d’une situa­tion chao­tique, avec la suc­ces­sion de périodes de res­tric­tion sani­taire et de relâ­che­ment condui­sant à une crois­sance faible. Tou­te­fois, des poli­tiques de relance et de sou­tien, finan­cées par la créa­tion moné­taire des Banques cen­trales, sont mises en place. Elles per­mettent de sou­te­nir a mini­ma l’activité et d’éviter un scé­na­rio défla­tion­niste. Ce scé­na­rio 2 semble le plus pro­bable à ce stade.

Scé­na­rio 3 : le scé­na­rio défla­tion­niste. Un vac­cin fiable met du temps à être trou­vé. La situa­tion sani­taire reste dura­ble­ment pré­caire. Les plans de relance et de sou­tien sont longs à être mis en oeuvre. Tous les ingré­dients sont alors réunis pour déclen­cher une spi­rale défla­tion­niste : perte de confiance, réces­sion, chô­mage de masse, défaillances d’entreprises, hausse de l’endettement.

 

Élections américaines : vers une présidence affaiblie ?

Défiant les pro­nos­tics d’une « vague bleue », les résul­tats des élec­tions amé­ri­caines ont été très ser­rés aus­si bien entre J. Biden et D. Trump pour la pré­si­dence, qu’entre démo­crates et répu­bli­cains au Congrès, dif­fé­rant l’annonce des résul­tats officiels.

La com­po­si­tion du Congrès, divi­sé entre une chambre des repré­sen­tants qui devrait res­ter démo­crate et un Sénat qui devrait res­ter répu­bli­cain, pour­rait conduire à une cer­taine para­ly­sie légis­la­tive. Des accords bipar­ti­sans devront être néces­saires pour faire avan­cer les dif­fé­rents dos­siers. Cela devrait consti­tuer un obs­tacle à la mise en oeuvre de l’agenda pré­si­den­tiel sur un cer­tain nombre de sujets cli­vants. Cela a été le cas ces deux der­nières années. Si de grandes réformes semblent exclues, il est cepen­dant vrai­sem­blable qu’un accord bipar­ti­san de sou­tien à la crois­sance voit le jour et que les finances publiques res­tent dura­ble­ment dégra­dées, posant la ques­tion du finan­ce­ment du défi­cit amé­ri­cain à moyen terme.

Il est à noter la réac­tion très favo­rable des mar­chés actions à court terme aux résul­tats des élec­tions amé­ri­caines. Les inves­tis­seurs semblent se satis­faire d’une vic­toire a mini­ma de J. Biden, qui pro­ba­ble­ment l’empêchera de mener des poli­tiques offen­sives contre un cer­tain nombre d’entreprises for­te­ment repré­sen­tées dans les indices (GAFA, san­té notamment).

 

 

Pour aller plus loin …

Décou­vrez la revue des mar­chés financiers

 

 


smavie sma

 

 

Docu­ment publi­ci­taire sans valeur contractuelle

Les infor­ma­tions pré­sen­tées se fondent sur la régle­men­ta­tion en vigueur au 09/11/2020. Elles ne consti­tuent pas un conseil ou un avis fis­cal ou juridique.