SMAvie Infos > Prévoyance & Santé > Arrêt de travail : l’absentéisme augmente de 0,4 jours en 2017

Prévoyance & Santé

22 octobre 2018

Arrêt de travail : l’absentéisme augmente de 0,4 jours en 2017

 

À la suite de ses ren­contres avec les par­te­naires sociaux, le Pre­mier ministre a lan­cé une éva­lua­tion des causes de la hausse des 4 % des arrêts de tra­vail dans l’objectif de réduire les dépenses de la Sécu­ri­té sociale et d’enrayer l’absentéisme qui a encore pro­gres­sé en 2017. L’absentéisme est, en effet, pas­sé de 4,59 % en 2016 à 4,72 % en 2017, ce qui repré­sente en moyenne 17,2 jours d’absence par an et par sala­rié, contre 16,8 jours en 2016.

 

L’absentéisme aug­mente selon de fortes disparités

- selon les sec­teurs d’activité. Les sec­teurs de la San­té, de l’Industrie et du Com­merce voient leur absen­téisme aug­men­ter (5,31 %, 3,94 % et 4,86 %), alors que l’absentéisme dans le sec­teur des ser­vices conti­nue à dimi­nuer (4,84 % contre 5,48 % en 2016).

- selon les genres. L’écart d’absentéisme entre les hommes et les femmes per­siste avec des niveaux res­pec­tifs de 3,54 % et 5,30 %. Cet écart serait dû au fait que les femmes occupent des postes géné­ra­teurs de pro­blèmes de san­té (troubles mus­cu­los­que­let­tiques) et qu’en dépit des évo­lu­tions socié­tales, les femmes gèrent tou­jours plus de charges domes­tiques et sont éga­le­ment plus en situa­tion mono­pa­ren­tale que les hommes ce qui les expose davan­tage au manque de repos et à une san­té et une gué­ri­son plus difficiles.

- selon les régions. Des dis­pa­ri­tés existent aus­si en fonc­tion des régions. L’absentéisme est en hausse en Corse (6,99 %), en Nor­man­die (4,90 %), dans le Grand-Est (5,06 %) et en Occi­ta­nie (5,50 %), des régions for­te­ment tou­chées par le chô­mage. À l’inverse, l’absentéisme est en baisse dans les Hauts-de-France (4,69 %) ou les DOM-TOM (4,02 %).

- selon l’âge. En ce qui concerne l’âge des sala­riés, il res­sort des enquêtes que les jeunes s’absentent moins long­temps mais plus sou­vent, les aînés s’absentent moins sou­vent mais plus longtemps.

En ce qui concerne l’ancienneté, quelle que soit la caté­go­rie d’âge, le taux d’absentéisme est tou­jours plus éle­vé pour les sala­riés arri­vés dans l’année que pour ceux qui sont dans l’entreprise depuis plus longtemps.