SMAvie Infos > Marchés financiers > À crise inédite, mesures inédites

Marchés financiers

31 mars 2020

À crise inédite, mesures inédites

 

Face à l’arrêt bru­tal de l’activité éco­no­mique lié à la pro­pa­ga­tion du Covid-19, les Etats-Unis ont adop­té des mesures d’une ampleur excep­tion­nelle. Elles dépassent lar­ge­ment celles prises lors de la crise de 2008-09. Le Congrès amé­ri­cain a ain­si voté un plan de relance bud­gé­taire de 2 200 mil­liards de dol­lars (10 % du PIB). Celui-ci se couple au pro­gramme illi­mi­té d’achats de titres annon­cé par la Réserve fédérale.

En Europe, la crise a éga­le­ment pous­sé les gou­ver­ne­ments à prendre des mesures inédites. Ils ont levé les contraintes bud­gé­taires qui s’appliquent tant au niveau euro­péen que natio­nal. L’Allemagne, en par­ti­cu­lier, a sus­pen­du la règle consti­tu­tion­nelle limi­tant son défi­cit public, pour per­mettre l’adoption d’un vaste plan de relance.

A court terme, l’ampleur du sou­tien des auto­ri­tés publiques a fina­le­ment per­mis de sta­bi­li­ser les mar­chés financiers.
Les indices actions ont rebon­di avec des hausses heb­do­ma­daires de res­pec­ti­ve­ment 7,5 % pour le CAC 40, 7,1 % pour l’Eurostoxx 50 et 10,3 % pour le S&P 500.
Sur les mar­chés obli­ga­taires, les taux d’intérêt à long terme sont repar­tis à la baisse, notam­ment en Ita­lie. Et les condi­tions de finan­ce­ment des entre­prises se sont quelque peu amé­lio­rées ces der­niers jours.

 

Le degré d’incertitude demeure toujours très élevé, appelant à la prudence

Mal­gré la mobi­li­sa­tion des gou­ver­ne­ments à tra­vers le monde, l’incertitude demeure maxi­male sur le plan sani­taire et éco­no­mique.
Les der­nières sta­tis­tiques éco­no­miques témoignent de l’ampleur de la crise. En France, par exemple, 35 % de l’activité est à l’arrêt total, en par­ti­cu­lier dans les ser­vices mar­chands, la construc­tion et l’industrie non alimentaire.
Aux Etats-Unis, les demandes d’allocations chô­mage ont aug­men­té de 3 mil­lions la semaine dernière.

Dans ces condi­tions, de nom­breuses éco­no­mies devraient connaître une contrac­tion à deux chiffres de leur crois­sance au deuxième tri­mestre. Une grande par­tie ne sera pas rat­tra­pée, impli­quant de fortes réces­sions sur l’ensemble de l’année 2020.

L’incertitude est d’autant plus grande que la crise sani­taire se pour­suit, sans réelle visi­bi­li­té sur la date (les dates) à laquelle pren­dra fn le confi­ne­ment en Europe, mais éga­le­ment aux Etats-Unis où le sys­tème de san­té ne semble pas pré­pa­ré à la pro­pa­ga­tion de l’épidémie.

Une fois l’urgence sani­taire pas­sée, la ques­tion de la rapi­di­té de la reprise de l’activité se pose­ra. Au regard du degré de désor­ga­ni­sa­tion de l’économie actuelle et de la magni­tude du choc, un redé­mar­rage rapide (en V) semble peu pro­bable.

 

 

Pour aller plus loin …

Décou­vrez la revue des mar­chés financiers

 

 


smavie sma

 

 

Docu­ment publi­ci­taire sans valeur contractuelle

Les infor­ma­tions pré­sen­tées se fondent sur la régle­men­ta­tion en vigueur au 31/03/2020. Elles ne consti­tuent pas un conseil ou un avis fis­cal ou juridique.