SMAvie Infos > Marchés financiers > crise économique : des indicateurs témoignent de l’ampleur du choc
croissance économoque

Marchés financiers

7 avril 2020

crise économique : des indicateurs témoignent de l’ampleur du choc

Crise éco­no­mique.

Les der­niers indi­ca­teurs éco­no­miques du mois de mars ont mon­tré une chute bru­tale de l’activité, notam­ment au niveau des ser­vices, dans la plu­part des pays. Les mar­chés du tra­vail se sont éga­le­ment mas­si­ve­ment dégra­dés sur­tout aux Etats-Unis. En 15 jours, les demandes d’allocations chô­mage ont explo­sé pour atteindre 10 mil­lions ! Pour­tant le pays ne dis­pose que d’un sys­tème de pro­tec­tion sociale limi­té. En Europe, en revanche, de nom­breux pays (France, Ita­lie, Espagne, Pays-Bas, Royaume-Uni …) se sont ins­pi­rés du dis­po­si­tif alle­mand de chô­mage par­tiel. Celui-ci per­met de com­pen­ser une large part des pertes de reve­nus des sala­riés tout en limi­tant les rup­tures de contrats de tra­vail. La dif­fé­rence de stra­té­gies entre les deux côtés de l’Atlantique devrait se tra­duire par une meilleure résis­tance du mar­ché de l’emploi euro­péen. Mais au détri­ment des finances publiques.

 

Crise économique

Une réces­sion mon­diale est désor­mais cer­taine, comme en attes­te­ront les pro­chains indi­ca­teurs macroé­co­no­miques. De plus, l’ampleur du choc et de la désor­ga­ni­sa­tion éco­no­mique rendent peu pro­bable un redé­mar­rage rapide de l’activité. Le scé­na­rio pri­vi­lé­gié est celui d’une reprise très pro­gres­sive une fois le confi­ne­ment levé.

 

Quelles conséquences sur l’activité en 2020 ?

L’impact total sur l’activité en 2020 dépen­dra en pre­mier lieu de la durée du confi­ne­ment. Dans le cas de la France, l’INSEE estime à 35 % la réduc­tion d’activité au cours de la der­nière semaine de mars com­pa­rée à une semaine nor­male. En se basant sur cette esti­ma­tion et en fai­sant l’hypothèse d’un confi­ne­ment d’un mois et demi (ce qui semble aujourd’hui le scé­na­rio le plus pro­bable), la crois­sance serait méca­ni­que­ment ampu­tée de 4,5 % en 2020.

Tou­te­fois, la reprise ne sera vrai­sem­bla­ble­ment que pro­gres­sive, une fois le confirment ache­vé. En sup­po­sant un taux d’activité de 90 % à la fin du deuxième tri­mestre, puis de 95 % au cours du second semestre, cela condui­rait à une réces­sion de l’ordre de 7 % sur l’ensemble de l’année 2020. Quoi qu’il en soit, l’ampleur et la qua­li­té de la réponse des auto­ri­tés publiques seront capi­tales pour sor­tir de cette crise inédite.

 

 

Pour aller plus loin …

Décou­vrez la revue des mar­chés financiers

 

 


smavie sma

 

 

Docu­ment publi­ci­taire sans valeur contractuelle

Les infor­ma­tions pré­sen­tées se fondent sur la régle­men­ta­tion en vigueur au 01/04/2020. Elles ne consti­tuent pas un conseil ou un avis fis­cal ou juridique.