SMAvie Infos > Retraite > Comment cumuler emploi et retraite
cumul emploi retraite

Retraite

31 juillet 2020

Comment cumuler emploi et retraite

Cer­tains Fran­çais reprennent une acti­vi­té rému­né­rée alors qu’ils sont à la retraite. C’est ce que l’on appelle le cumul emploi-retraite. Selon une étude de la DREES (Direc­tion de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Sta­tis­tiques) publiée en mai 2020, près de 482 000 retrai­tés de 55 ans et plus per­ce­vaient ain­si un reve­nu pro­fes­sion­nel en plus de leur pen­sion de retraite en 2018. Cela repré­sente 3,4 % de l’ensemble des retrai­tés. L’attrait pour ce dis­po­si­tif varie en fonc­tion des pro­fes­sions. Les pro­fes­sions libé­rales y sont le plus repré­sen­tées (11,1 %), sui­vies des tra­vailleurs indé­pen­dants (5 %) puis des retrai­tés sala­riés affi­liés à la CNAV (3 %).

 

Les conditions du cumul-emploi retraite

Le cumul-emploi retraite est un dis­po­si­tif qui per­met de com­men­cer à per­ce­voir sa retraite, tout en conti­nuant à tra­vailler. Ceci per­met d’accroître ses reve­nus ou de gar­der un pied dans la vie active. Il concerne aus­si bien aux sala­riés qu’aux tra­vailleurs indé­pen­dants. Mais ce dis­po­si­tif n’a vrai­ment d’intérêt que si le reve­nu per­çu ne fait pas bais­ser le mon­tant de sa retraite. Pour cela, cer­taines règles doivent être respectées.

Ain­si, pour cumu­ler l’intégralité de sa pen­sion de retraite avec les reve­nus géné­rés par sa nou­velle acti­vi­té, deux condi­tions sont à respecter :

  • avoir atteint l’âge mini­mal de départ à la retraite (62 ans pour les sala­riés nés après 1955) et bénéfi­cier d’une retraite à taux plein ;
  • avoir liqui­dé l’ensemble de ses droits à la retraite auprès du régime de base et des régimes complémentaires.

 

Le cumul emploi retraite plafonné

Si ces condi­tions ne sont pas res­pec­tées, le retrai­té peut tout de même reprendre une acti­vi­té. Il sera cepen­dant sou­mis à un pla­fon­ne­ment de son reve­nu total. En effet, le cumul de sa pen­sion de retraite (base et com­plé­men­taire) et de son nou­veau salaire ne doit pas être supé­rieur à la moyenne de ses trois der­niers mois de salaires ou, si cela est plus favo­rable, 160 % du Smic. De plus, il devra res­pec­ter un délai de carence de 6 mois s’il rede­vient sala­rié de son der­nier employeur. En cas de dépas­se­ment de ces limites de reve­nus, le ver­se­ment des pen­sions de retraite n’est pas sus­pen­du. Il est seule­ment réduit du dépas­se­ment du plafond.

Dans les régimes com­plé­men­taires Agirc-Arr­co, les règles sont simi­laires mais le pla­fond de res­sources n’est pas cal­cu­lé de la même façon. La somme des reve­nus d’activité et des pen­sions de retraite des régimes obli­ga­toires ne doit pas dépas­ser la plus éle­vée de ces trois sommes : 160 % du Smic, les 12 der­niers mois de salaire brut ou la moyenne des dix der­nières années de salaire.

Pour les arti­sans et com­mer­çants, les reve­nus d’activité ne doivent pas dépas­ser la moi­tié du Pass, le pla­fond annuel de la Sécu­ri­té sociale* (ou le Pass dans les zones géo­gra­phiques de revi­ta­li­sa­tion rurale ou dans les zones urbaines sen­sibles). En cas de dépas­se­ment, le ver­se­ment des retraites de base et com­plé­men­taires est sus­pen­du à due concur­rence du dépassement.

 

Le nouvel emploi du retraité

Le sala­rié ayant ces­sé son acti­vi­té et fait valoir ses droits à la retraite peut dès le len­de­main reprendre une acti­vi­té. En revanche, s’il sou­haite conti­nuer à tra­vailler en tant que sala­rié chez son ancien employeur, le cumul emploi-retraite ne sera pos­sible que 6 mois après sa ces­sa­tion d’activité chez cet employeur.

Un ex-sala­rié peut choi­sir d’exercer son cumul emploi-retraite sous le sta­tut de tra­vailleur indé­pen­dant. Il peut, en effet, être inté­res­sant pour un chef d’entreprise de sol­der sa retraite avant de pas­ser en tra­vailleur indé­pen­dant. Le cumul emploi-retraite lui per­met de réduire les charges sala­riales de son entre­prise sans pour autant être désa­van­ta­gé sur le plan personnel.

À savoir : le béné­fi­ciaire du « cumul emploi-retraite » est tenu d’acquitter au titre de sa nou­velle acti­vi­té des coti­sa­tions de retraite. Depuis le 1er jan­vier 2015, ces coti­sa­tions ne lui per­mettent plus d’acquérir des droits sup­plé­men­taires pour sa retraite. Une fois liqui­dées, les pen­sions ne sont, en effet, pas recal­cu­lées. Leur mon­tant évo­lue seule­ment sous l’effet des reva­lo­ri­sa­tions annuelles.

* Pass 2020 = 41 136 €

 

 

Pour aller plus loin …

Décou­vrez le guide SMA­vie de la retraite 

 

 


smavie sma

 

Docu­ment publi­ci­taire sans valeur contractuelle

Les infor­ma­tions pré­sen­tées se fondent sur la régle­men­ta­tion en vigueur au 23/07/2020. Elles ne consti­tuent pas un conseil ou un avis fis­cal ou juridique.