SMAvie Infos > Marchés financiers > Passage de relais à la présidence de la Fed

Marchés financiers

26 mars 2018

Passage de relais à la présidence de la Fed

 

Janet Yel­len avait été nom­mée Pré­si­dente de la Reserve Fédé­rale amé­ri­caine par Barack Oba­ma fin 2013. Elle a vu son man­dat prendre fin le 31 jan­vier 2018 der­nier, soit au bout de quatre années. Elle n’a pas été recon­duite dans ses fonc­tions par le Pré­sident actuel des Etats-Unis, Donald Trump, qui lui a pré­fé­ré Jerome Powell.

 

Durant sa pré­si­dence, Janet Yel­len aura notam­ment com­men­cé à res­ser­rer pro­gres­si­ve­ment la poli­tique moné­taire excep­tion­nel­le­ment accom­mo­dante mise en œuvre depuis 2009. Il est à noter que pour le moment, cette inflexion ne s’est pas accom­pa­gnée de périodes de stress sur les mar­chés finan­ciers en rai­son notam­ment de la forte lisi­bi­li­té que la Fed a déli­bé­ré­ment choi­si de don­ner. Il fau­dra du temps cepen­dant pour juger des résul­tats et des effets de la poli­tique moné­taire non conven­tion­nelle qui a été enga­gée par Janet Yel­len et son pré­dé­ces­seur Ben Bernanke. 

 

Depuis le 1er février 2018, Jerome Powell, répu­bli­cain et ancien ban­quier d’affaire, est donc deve­nu le 16ème  Pré­sident de l’institution. Il hérite d’une situa­tion plu­tôt favo­rable à court terme et a annon­cé vou­loir s’inscrire dans la conti­nui­té de la poli­tique moné­taire menée par sa pré­dé­ces­seur. Le mou­ve­ment de hausse des taux direc­teurs devrait donc se pour­suivre. Mais se pose déjà la ques­tion de son rythme, alors que des voix s’inquiètent d’un risque de sur­chauffe et de la dégra­da­tion des finances publiques que va entraî­ner la réforme fis­cale enga­gée par l’administration Trump.

 

Lors de la pre­mière inter­ven­tion au Congrès de Jérôme Powell, sa des­crip­tion d’une éco­no­mie amé­ri­caine « forte » a d’ores et déjà ren­for­cé les anti­ci­pa­tions pré­voyant une qua­trième hausse des taux en 2018 (contre trois seule­ment anti­ci­pées sous la pré­si­dence de Mme Yel­len), entraî­nant à la hausse le dol­lar ain­si que les taux des obli­ga­tions d’Etat américain. 

 

 

 

 

Docu­ment publi­ci­taire sans valeur contractuelle.

Les infor­ma­tions pré­sen­tées se fondent sur la régle­men­ta­tion en vigueur au 26/03/2018. Elles ne consti­tuent pas un conseil ou un avis fis­cal ou juridique.