SMAvie Infos > Retraite > Racheter des trimestres pour sa retraite

Retraite

3 octobre 2017

Racheter des trimestres pour sa retraite

 

Appren­tis­sage, études supé­rieures, années incom­plètes, expa­tria­tion : cer­taines situa­tions de car­rière per­mettent d’acquérir des tri­mestres de coti­sa­tions sup­plé­men­taires. Reste à savoir si on a inté­rêt à le faire… Selon les cas, les coûts peuvent être très dif­fé­rents, tout comme l’incidence sur les mon­tants et la date de départ en retraite.

 

Pour­quoi rache­ter des trimestres ?

L’intérêt d’acquérir des tri­mestres de coti­sa­tions sup­plé­men­taires est de béné­fi­cier au plus tôt d’une retraite à taux plein. C’est pour cela qu’il ne faut envi­sa­ger cette démarche qu’auprès des régimes de base.

Dans tous les cas, un rachat ne doit être envi­sa­gé qu’après une véri­fi­ca­tion minu­tieuse de la car­rière et de son enre­gis­tre­ment auprès des dif­fé­rents régimes. Ce tra­vail fas­ti­dieux et sou­vent com­plexe peut à lui seul vous per­mettre d’obtenir des tri­mestres supplémentaires

 

Les dif­fé­rents types de rachats

En recons­ti­tuant sa car­rière, on peut décou­vrir des années qui ne sont pas comp­ta­bi­li­sées ou pour les­quelles on ne tota­lise pas quatre tri­mestres. Sa situa­tion et son acti­vi­té de l’époque déter­minent le type de rachat auquel on peut prétendre.

 

Pour les salariés :

  • Les périodes d’apprentissage : si vous avez été appren­ti avant juillet 1972, vos coti­sa­tions de l’époque ne valident cer­tai­ne­ment pas quatre tri­mestres par année. Vous pou­vez dans ce cas rache­ter le nombre de tri­mestres manquants.
  • Coti­sa­tions pres­crites : si vous avez été sala­rié et que cette période ne figure pas sur vos rele­vés parce que les coti­sa­tions pour la retraite n’ont pas été pré­le­vées à l’époque sur votre salaire, il est pos­sible de les ver­ser aujourd’hui.
  • Ver­se­ment pour la retraite (vplr): vous pou­vez rache­ter jusqu’à 12 tri­mestres au titre de vos années d’études supé­rieures (sanc­tion­nées par un diplôme) ou des années incom­plètes dans le cadre du ver­se­ment pour la retraite. Pour effec­tuer ce rachat, vous avez la pos­si­bi­li­té de choi­sir entre deux taux. Ce rachat reste dans tous les cas un inves­tis­se­ment assez impor­tant, dont il faut bien éva­luer l’intérêt.
  • Acti­vi­té à l’étranger : si vous avez exer­cé une acti­vi­té à l’étranger, véri­fiez qu’il existe une conven­tion avec la France et que cette période est bien vali­dée par le régime du pays concer­né. A défaut, vous pou­vez rache­ter une par­tie ou l’intégralité des tri­mestres à un prix équi­valent à celui du vplr.  Atten­tion, ce rachat doit être effec­tué dans les dix ans qui suivent votre der­nière acti­vi­té à l’étranger, et ce même s’il ne s’agit pas du pays concer­né par les périodes que vous sou­hai­tez racheter.

 

Pour les arti­sans et commerçants :

  • Ver­se­ment pour la retraite (VPLR) : vous pou­vez rache­ter jusqu’à 12 tri­mestres au titre de vos années d’études supé­rieures (sanc­tion­nées par un diplôme) ou des années incom­plètes. Pour effec­tuer ce rachat, vous avez la pos­si­bi­li­té de choi­sir entre deux taux. Le VPLR reste dans tous les cas un inves­tis­se­ment assez impor­tant, dont il faut bien éva­luer l’intérêt. Il est pos­sible aus­si de rache­ter des périodes d’activité com­mer­ciale ou arti­sa­nale effec­tuées à l’étranger ain­si que des périodes de conjoint col­la­bo­ra­teur dans les mêmes condi­tions que le VPLR.
  • Rachat Made­lin : il vous per­met de com­plé­ter les années non vali­dées par quatre tri­mestres à un coût plus inté­res­sant que le VPLR. Mais les condi­tions d’accès sont plus strictes (délai de pres­crip­tion de six ans, par exemple).
  • Aide fami­lial d’artisan : si vous avez par­ti­ci­pé à l’activité d’un arti­san, membre de votre famille, sans avoir été décla­ré à l’époque, vous pou­vez rache­ter aujourd’hui ces périodes manquantes.
  • Coti­sa­tions pres­crites : vous pou­vez régu­la­ri­ser les périodes d’activité non sala­riées pour les­quelles les coti­sa­tions pour la retraite n’ont pas été appe­lées par le RSI. En tant qu’artisan ou com­mer­çant, vous pou­vez enfin être concer­né par des rachats de tri­mestres por­tant sur vos périodes d’activité sala­riées (appren­tis­sage, par exemple).

 

Rache­ter des tri­mestres aux caisses de retraite complémentaire

Il est pos­sible éga­le­ment de rache­ter des tri­mestres auprès de l’Arrco et l’Agirc. Contrai­re­ment au régime de base, ces ver­se­ments n’ont pas d’incidence sur la date de départ ou le taux de liqui­da­tion. L’objectif de l’opération est alors d’augmenter le mon­tant de la retraite com­plé­men­taire, ce qui rend ces rachats dif­fi­ci­le­ment intéressants.

 

 

Article rédi­gé par les experts de NEOVIA, N°1 du Conseil et de l’Expertise retraite,

 

NEOVIA accom­pagne les chefs d’entreprise, les cadres diri­geants, les pro­fes­sions libé­rales, les arti­sans com­mer­çants et les expa­triés dans l’étude de leurs droits à la retraite et leur apporte assis­tance dans la réa­li­sa­tion des for­ma­li­tés administratives.

 

 

 

Pour aller plus loin…

Com­man­dez le guide SMA­vie de la retraite

 

 

 

 

 

 

DOCUMENT PUBLICITAIRE