SMAvie Infos > Marchés financiers > Crise financière : le temps de la reprise
reprise

Marchés financiers

9 juin 2020

Crise financière : le temps de la reprise

 

Le mois de mai consti­tue le début de la deuxième phase de la crise, celle du dé-confi­ne­ment et de la reprise. Les pre­miers indi­ca­teurs avan­cés (enquêtes auprès des entre­prises et des ménages) sug­gèrent un rebond (limi­té) de l’activité dans de nom­breux pays. Mal­gré cette reprise (l’arrêt de l’activité n’était plus esti­mé qu’à 21 % fin mai contre 35 % en avril en France), l’INSEE anti­cipe une chute de 20 % du PIB fran­çais au 2ème tri­mestre (après – 5,8 % au 1er tri­mestre) . Ceci impli­que­rait une réces­sion de 8 % en 2020 avec l’hypothèse d’un retour d’activité à 100 % à par­tir de juillet, ce qui semble aujourd’hui peu vraisemblable.

 

A ce stade, le profil de croissance qui semble le plus probable est celui d’une reprise progressive sans retour rapide au niveau d’avant crise.

La vigueur de la reprise dépen­dra de l’évolution de la situa­tion sani­taire (dif­fi­ci­le­ment pré­vi­sible), du com­por­te­ment des agents pri­vés (épargne de pré­cau­tion ?) et de l’efficience des poli­tiques économiques.

Dans la pre­mière phase de la crise, carac­té­ri­sée par le confi­ne­ment des popu­la­tions et, en corol­laire, l’arrêt de l’activité, les auto­ri­tés publiques ont choi­si de com­pen­ser les pertes de reve­nus des agents éco­no­miques (sub­ven­tion du chô­mage par­tiel notam­ment) et d’éviter les crises de liqui­di­té (lignes de cré­dit et report d’impôt). Dans la deuxième phase, les auto­ri­tés publiques vont sor­tir de cette logique de com­pen­sa­tion et favo­ri­ser un redé­mar­rage rapide, tout en ten­tant de main­te­nir la sécu­ri­té sani­taire. Les gou­ver­ne­ments des dif­fé­rents pays vont ain­si inten­si­fier leur effort bud­gé­taire dans les mois qui viennent, sug­gé­rant une dégra­da­tion de plus en plus mar­quée des finances publiques.

 

En Europe, après deux mois de tergiversations, il semble enfin se dessiner une réponse commune à la crise. 

La Com­mis­sion euro­péenne a, en effet, pro­po­sé la créa­tion d’un fonds de relance com­mun de 750 mil­liards d’euros (dont 500 mil­liards sous forme de trans­ferts) dans le cadre de son bud­get plu­ri­an­nuel, finan­cé par émis­sion de dette. Si les 27 pays euro­péens adop­taient cette pro­po­si­tion (incer­tain à ce jour), elle consti­tue­rait une avan­cée majeure pour l’Europe : un trans­fert entre pays euro­péens finan­cé par une dette commune.

Les mar­chés finan­ciers, et notam­ment les mar­chés actions, ont pour­sui­vi leur mou­ve­ment de rebond au mois de mai. Au vu des niveaux de valo­ri­sa­tion atteints et des ques­tions pros­pec­tives que la crise du Covid-19 posent, il convient de faire preuve de pru­dence à court terme, par­ti­cu­liè­re­ment concer­nant les mar­chés actions américains.

 

 

Pour aller plus loin …

Décou­vrez la revue des mar­chés financiers

 

 


smavie sma

 

 

Docu­ment publi­ci­taire sans valeur contractuelle

Les infor­ma­tions pré­sen­tées se fondent sur la régle­men­ta­tion en vigueur au 01/06/2020. Elles ne consti­tuent pas un conseil ou un avis fis­cal ou juridique.