SMAvie Infos > Retraite > retraite complémentaire : les cotisations augmenteront en janvier

Retraite

10 septembre 2018

retraite complémentaire : les cotisations augmenteront en janvier

 

Mau­vaise nou­velle pour les sala­riés du pri­vé, l’an­née 2019 ver­ra la deuxième vague des mesures d’é­co­no­mies déci­dées en 2015 pour redres­ser les comptes des régimes Agirc-Arr­co. Trois ans après avoir été déci­dées par les par­te­naires sociaux pour redres­ser les régimes de retraite com­plé­men­taire, de nou­velles mesures d’é­co­no­mie vont entrer en vigueur à l’Agirc-Arrco.

 

Un taux d’ap­pel à 127 % 

L’aug­men­ta­tion de deux points du « taux d’ap­pel » devrait ain­si rap­por­ter 800 mil­lions d’eu­ros par an à l’A­girc-Arr­co. Au lieu de récol­ter 100 % du mon­tant de la coti­sa­tion due, le ges­tion­naire des retraites com­plé­men­taires pré­lève aujourd’­hui 125 %. Ce taux pas­se­ra à 127 % en jan­vier. Tout ce qui est supé­rieur à 100 % ne crée pas de droits pour l’as­su­ré et sert à ren­flouer le régime.

Les par­te­naires sociaux ont éga­le­ment conve­nu d’une nou­velle répar­ti­tion des coti­sa­tions sur la tranche B Agirc (la frac­tion du salaire des cadres com­prise entre 3 300 € et 13 200 € par mois). Au lieu de lais­ser 62 % des coti­sa­tions à la charge de l’employeur, ce pour­cen­tage va tom­ber à 60 %, les sala­riés remon­tant à 40 % via une aug­men­ta­tion de la coti­sa­tion sala­riale de 0,56 point. Cette mesure d’har­mo­ni­sa­tion des régimes doit rap­por­ter 600 mil­lions d’eu­ros en 2020.

 

Les consé­quences de la fusion Agirc-Arrco 

En jan­vier, les dis­tinc­tions entre caté­go­ries de sala­riés vont dis­pa­raître, avec la fusion de l’A­girc (cadres) et de l’Arr­co (tous les sala­riés). Aus­si, la tranche B va être fon­due avec la tranche C Agirc (salaire des cadres de 13­ 200 € à 26 500 €) et avec la tranche 2 Arr­co (salaires des non-cadres, de 3 300 € à 9 900 €). L’an­née pro­chaine, il n’y aura plus que deux tranches, la pre­mière en des­sous de 3 300 € et la deuxième au-des­sus. Gain atten­du : 300­ mil­lions d’eu­ros par an.

Cette remise à plat du sys­tème a fait l’ob­jet d’une négo­cia­tion tech­nique en 2017. La réforme va peser sur les sala­riés qui ne sont pas cadres mais qui per­çoivent des salaires supé­rieurs à 3 300 €. Aujourd’­hui, ils ne cotisent pas à l’A­girc, ce qui fait qu’ils ne contri­buent pas au-delà de 9 900 € par mois. Demain, ils coti­se­ront comme les cadres, à due pro­por­tion de leur salaire, jus­qu’au pla­fond de 26 500 € par mois.

 

Une nou­velle contri­bu­tion d’é­qui­libre technique 

Par ailleurs, avec la fusion des deux régimes com­plé­men­taires, tous les sala­riés gagnant plus de 3 300 € par mois vont devoir payer quelques euros par mois pour sol­der les droits déjà acquis par les cadres les moins bien payés. En effet, jus­qu’à la fin de l’an­née 2018, les cadres gagnant un peu moins que 3 600 € par mois acquittent une coti­sa­tion for­fai­taire qui leur per­met en quelque sorte de « tenir leur rang » de cadres et de béné­fi­cier d’une retraite Agirc. Cette « garan­tie mini­male de points » va dis­pa­raître du pay­sage. Les droits acquis seront finan­cés via la nou­velle contri­bu­tion d’é­qui­libre tech­nique (CET) au taux de 0,35 %.

 

 

Pour aller plus loin…

Décou­vrez le guide SMA­vie de la retraite

Décou­vrez le guide SMA­vie du Plan d’Epargne Retraite 

Décou­vrez les contrats d’épargne-retraite indi­vi­duels pro­po­sés par SMAvie

Décou­vrez les contrats d’épargne-retraite col­lec­tifs pro­po­sés par SMAvie

 

 


smavie sma

 

 

Docu­ment publi­ci­taire sans valeur contractuelle

Les infor­ma­tions pré­sen­tées se fondent sur la régle­men­ta­tion en vigueur au 01/09/2018. Elles ne consti­tuent pas un conseil ou un avis fis­cal ou juridique.