SMAvie Infos > Patrimoine & Transmission > Comment rédiger son testament
testament

Patrimoine & Transmission

13 octobre 2019

Comment rédiger son testament

 

Le tes­ta­ment reste un outil sou­vent uti­li­sé pour orga­ni­ser sa suc­ces­sion. Il per­met, en effet, de trans­mettre son patri­moine, à son décès, aux per­sonnes de son choix en fai­sant un ou plu­sieurs legs (dans les limites du res­pect des droits des héri­tiers réservataires).

Il existe 3 types de legs :
  • legs uni­ver­sel : il per­met de léguer tous ses biens à une per­sonne (appe­lé léga­taire uni­ver­sel). On peut dési­gner plu­sieurs léga­taires uni­ver­sels, le par­tage s’ef­fec­tue­ra entre eux à parts égales.
  • legs à titre uni­ver­sel : il per­met de léguer à une per­sonne (appe­lé léga­taire à titre uni­ver­sel), une par­tie de ses biens (la moi­tié, le quart…) ou une caté­go­rie de ses biens (biens immo­bi­liers seule­ment par exemple).
  • legs à titre par­ti­cu­lier : il per­met de léguer à une per­sonne (appe­lé léga­taire à titre par­ti­cu­lier) un ou plu­sieurs biens déter­mi­nés (un bijou par exemple).

 

Pour que le tes­ta­ment soit valable, son rédac­teur doit être sain d’esprit et majeur (à par­tir de 16 ans sous cer­taines condi­tions). Il doit être rédi­gé par écrit et par une seule per­sonne. Il ne doit pas être écrit ou signé par deux époux. Cha­cun doit faire son propre tes­ta­ment. Il doit enfin être daté de façon pré­cise et signé.

Les formes de testament 
  • le tes­ta­ment olo­graphe entiè­re­ment écrit à la main sur une simple feuille de papier
  • un tes­ta­ment authen­tique dic­té à un notaire (en pré­sence de deux notaires ou d’un notaire et de deux témoins)
  • le tes­ta­ment mys­tique remis à un notaire sous enve­loppe close, cache­tée et scel­lée. Vous devez le remettre au notaire dans une enve­loppe fer­mée, en pré­sence de 2 témoins. 

 

Le recours à un notaire garan­tit la valeur du tes­ta­ment et l’information du tes­ta­teur, en contre­par­tie du coût de l’acte notarié.

 

testament

Frais en vigueur au 1er jan­vier 2019

 

Un tes­ta­ment reste faci­le­ment révo­cable. Il suf­fit pour cela d’en rédi­ger un nou­veau qui annule expres­sé­ment le pré­cé­dent. On parle éga­le­ment d’an­nu­la­tion impli­cite en cas de ces­sion ou de des­truc­tion du bien cité dans le testament.

 

Pour aller plus loin …

Orga­ni­ser sa suc­ces­sion dans une famille recomposée

Décou­vrez le guide SMA­vie de la trans­mis­sion de patrimoine

 

 

smavie sma

 

Docu­ment sans valeur contractuelle.

Les infor­ma­tions pré­sen­tées sont fon­dées sur la régle­men­ta­tion en vigueur au 03/10/2019 et ne  consti­tuent pas un conseil ou un avis fis­cal ou juridique.