SMAvie Infos > Patrimoine & Transmission > Vendre son entreprise, ça s’anticipe

Patrimoine & Transmission

6 juin 2017

Vendre son entreprise, ça s’anticipe

 

Une trans­mis­sion doit se pré­pa­rer très en amont. Il faut prendre le temps de se poser les bonnes ques­tions sur l’exploitation de son entre­prise, sur sa vie per­son­nelle et son patri­moine. Ne pas négli­ger non plus les aspects psy­cho­lo­giques d’une ces­sion. Il n’est jamais simple de trans­mettre une entre­prise à laquelle on a consa­cré beau­coup de temps et d’énergie. Les conseils de SMAvie…

 

Com­bien de temps faut-il pour pré­pa­rer la ces­sion d’une entreprise ?

Il s’agit d’une opé­ra­tion stra­té­gique qui ne s’improvise pas. La plu­part des chefs d’entreprise estiment qu’une année suf­fit pour pas­ser le relais. Ils s’en pré­oc­cupent donc au moment de prendre leur retraite. Dans les faits, cinq années sont sou­vent néces­saires ! Anti­ci­per est donc primordial.

Il faut tout d’abord pré­pa­rer son entre­prise, réflé­chir à ses éven­tuelles fai­blesses pour les cor­ri­ger. Même si cela peut prendre plu­sieurs années, cela en aug­men­te­ra d’autant sa valeur. Il fau­dra éga­le­ment assu­rer la péren­ni­té de son affaire. Ceci est pri­mor­dial dans les PME où le diri­geant occupe sou­vent un poste clé. Il a un contact pri­vi­lé­gié avec les clients et détient des savoir-faire qu’il devra prendre le temps de transmettre.

Enfin, il ne faut pas négli­ger l’aspect psy­cho­lo­gique d’une ces­sion : le chef d’entreprise doit non seule­ment se résoudre à se sépa­rer de ce qu’il a par­fois mis des années à bâtir mais aus­si se pré­pa­rer à sa nou­velle vie et à la dimi­nu­tion de reve­nus que peut engen­drer sa ces­sa­tion d’activité.

 

Quels sont les risques d’une trans­mis­sion mal anticipée ?

Un diri­geant qui ne se donne pas du temps pour pré­pa­rer la trans­mis­sion de son entre­prise peut être contraint de devoir accep­ter la pre­mière pro­po­si­tion qui lui par­vient ou une offre qui ne le satis­fait pas. Avec tous les risques que cela com­porte… Un repre­neur inap­pro­prié ou n’ayant pas une sur­face finan­cière suf­fi­sante peut faire som­brer l’entreprise en quelques années. Il est donc tou­jours plus confor­table d’avoir le temps de pou­voir effec­tuer une sélec­tion par­mi les candidats.

Le diri­geant peut éga­le­ment, « le dos au mur », ris­quer de devoir accep­ter une baisse signi­fi­ca­tive du prix de vente, voire d’être contraint à une ces­sa­tion d’activité.

Impor­tant : La ces­sion peut entraî­ner des chan­ge­ments impor­tants pour les col­la­bo­ra­teurs. Ils vont  inévi­ta­ble­ment se poser de nom­breuses ques­tions, voire s’inquiéter pour leur ave­nir. Il faut donc les pré­pa­rer à vivre cette transition.

 

 

 

DOCUMENT PUBLICITAIRE